Pour l"année scolaire 2013-2014, des élèves du lycée Condorcet se sont engagés dans une classe découverte des médias. ce site présente quelques uns de leurs travaux et productions réalisés lors des séances consacrées à cette exploration.

Cette classe d"éducation aux médias comprenait plusieurs approches, tout d'abord une étude de la commémoration de la Première guerre mondiale, en lien naturel avec le programme d'histoire de la classe de 1ère, ensuite, un travail relatif aux médias dans le cadre d'un partenariat avec la Maison des Arts de Créteil.
On pourra voir ici les travaux d'élèves issus des différentes activités entreprises dans le cadre de cette classe Projet d'Education aux Médias initiée par le CLEMI.

Compte rendu par un élève de 1 S de l'intervention de Monsieur André Kaspi auprès des élèves du lycée Condorcet

 

«Trop de commémorations tue la commémoration»

 

 

 

Le jeudi 17 octobre, M. André Kaspi est venu présenter à des élèves du Lycée Condorcet la commémoration et ses idées à ce sujet, à l'approche de la célébration du centenaire de 14-18.

 

 

Dans un rôle d'historien, Andrée Kaspi, maire adjoint à la culture de la mairie de Saint-Maur des Fossés, a partagé un long moment avec des élèves de 1ere pour présenter le rôle des commémorations et débattre des problèmes qu'elles soulèvent en France en 2013.

 

 On pense immédiatement à leur supposé trop grand nombre, qui décuple par ailleurs les jours feriés et d'inactivité. M. Kaspi a un avis bien tranché sur la question. En effet, pour lui, « multiplier le nombre de commémorations réduit l'effet de chacune d'entre elles ».

 

Il énumère toutes les commémorations officielles en France en apprenant l'existence de certaines aux élèves comme la Fête Nationale de Jeanne D'Arc le 2e dimanche de mai.

 

L'historien déplore notamment le trop grand nombre d'hommages se rapportant à la même période historique, comme la 2nde Guerre Mondiale (5 au total!). Cependant, il démontre que supprimer ou rassembler les commémorations (comme il est de pratique chez nos voisins) n'est pas chosé aisée quand cette question soulève un débat même au sein de l'auditoire. De plus, M.Kaspi parle de l'aspect politique d'une commémoration et rappelle que chacune d'entre elles doit passer par des votes car elle est nationale.

 

La rencontre fut bénéfique pour les élèves car ils seront en mesure de mieux comprendre l'actualité liée notamment au centenaire de la 1ere Guerre Mondiale.

 

 

La classe s'est rendue aux archives départementales du Val de Marne pour y participer à un atelier portant sur la vie à l'arrière pendant la première guerre mondiale. Certains d'entre eux ont à, la suite de cet atelier écris des lettres ou des articles "à la façon" de l'époque... ..

Tout d'abord un article de journal...

Ensuite une lettre de la fille d'un poilu à son père...

La lettre d'un poilu exhumée au XXIème siècle par un postier persévérant et publiée dans la presse locale.

Deux Lettres imaginaires de poilus...

La classe a visité l'ECPAD et y a participé à l'atelier : images de guerre, guerre en images...compte-rendu d'un élève.

Compte-rendu de la sortie à L'ECPAD

 

 

Avec la classe de 1e S5 du Lycée Condorcet et notre professeur d'histoire-géographie, nous nous sommes rendus à L'ECPAD. Il s'agit de l’établissement de communication et de production audiovisuelle de la défense qui se trouve au fort d'Ivry. S'y trouvent toutes les archives audiovisuelles enregistrées par l'armée française depuis la fin du XIXe siècle.

 

Nous avons rencontré une femme travaillant là-bas ainsi qu'un soldat français, qui a fait la guerre en Afghanistan et au Mali. Il n'est pas qu'un simple soldat : il filme aussi les conflits. D'ailleurs, il s'agit du même homme qui a filmé les images du reportage d'Envoyé spécial que nous avait montré Mr Poilvet quelques jours auparavant.

 

Dans le cadre du centenaire de la guerre de 14-18, nous avons comparé la grande guerre et une guerre contemporaine : la guerre d'Afghanistan. Nous avons pu constaté les évolutions subies par le matériel enregistrant les images de guerres (appareils photo, caméscopes). Nous nous sommes rendu compte de la difficulté de filmer une guerre, surtout il y a un siècle !

 

Nous nous sommes aussi demandé pourquoi l'armée française considérait comme indispensable et obligatoire de prendre toutes ces images. Nous pensions que cela devrait être le cadet des soucis des soldats. En réalité, l'Etat souhaite être absolument transparent au sujet de ses guerres. L'ECPAD a donc accumulé des archives considérables et est aujourd'hui l'un des principaux fournisseurs de nombreux reportages et documentaires. Une partie de ces données est consultable sur le site internet.

 

Cette sortie a été très enrichissante. En effet, nous avons toujours eu l'habitude de voir des images de guerre sans trop se demander comment elles avaient pu être enregistrées. C'est maintenant chose faite et nous serons dorénavant tous plus attentifs à cela.

 

 

 

Victor BOTTERI

 

Le 30 avril 2014, la classe de 1 S 5 a visité l'Historial de la grande Guerre à Péronne. et suivi le circuit du souvenir entre Albert et Péronne. Pour se souvenir, certains d'entre eux ont réalisé des vidéos.

Première vidéo, intitulée 14...

Une seconde, intitulée Péronne

Enfin un diaporama à découvrir en cliquant sur le lien ci-dessous :

Ppt Péronne 1S5.pdf
Document Adobe Acrobat 3.3 MB

Dans le cadre du partenariat avec la MAC de Créteil, les élèves ont réalisé une interview filmée de la chorégraphe Blanca Li.

Partagez votre site